Sculpteur et peintre français (1891 – 1968). Il part en Côte d’Ivoire dans les années 20 après la Première Guerre Mondiale. Entre 1927 et 1941, il composa, à Toumodi et à Bingerville, vingt cahiers de contes fantastiques, où se mêlent souvenirs personnels et légendes africaines, dont les thèmes récurrents sont la magie et la sorcellerie. Ces cahiers sont ronéotypés, tirés à petit nombre et édités à compte d’auteur. En 1923, il installe son atelier à Bingerville (Ville de Côte d’Ivoire près de la lagune Ebrié qui doit son nom au gouverneur français Louis-Gustave Binger. Bourgade de marché, elle devint capitale de la colonie française entre 1900 et 1934, avant de laisser la place à Abidjan, dont elle deviendra un district). En 1937 Combes transformera son atelier en « Ecole des Arts Appliqués » et deviendra ainsi la 1ère école d’art de Côte d’Ivoire. Puis en 1958 le « Centre Technique des Arts Appliqués » (C.T.A.A.) et sera rattaché en 1962 à l’Ecole Normale Supérieur d’Abidjan avant d’être transformé en musée régional en 1987. Le musée COMBES est réservé aux pièces ayant appartenu à Maître Charles A. Combes (exposition permanente). Et aussi, celles ayant été réalisées par les élèves de celui-ci. Dans l’exposition permanente, y trône une pièce du sculpteur français. Il s’agit de la pièce dénommée : « Le cri du nègre ». Réalisée en pierre reconstituée (ciment), elle se veut évocatrice des souffrances, voire des humiliations que les Noirs ont subies tout le long des siècles. A savoir la traite négrière, l’esclavage, la colonisation et le travail forcé.  Le Musée Charles A. Combes compte au total 91 pièces composés de tableaux et de sculptures.

1
Gouache sur papier - 28,5 x 20 cm
6
Gouache sur papier - 29,5 x 21,5 cm
"Kouadio"
Signée "combes" au dos - Haut. : 40 cm
"Kouadio"
Signée "combes" au dos - Haut. : 40 cm
"Conte Africains de Combes"
Ensemble des vingt cahiers - 27 x 20 cm
"Conte Africains de Combes"
Ensemble des vingt cahiers - 27 x 20 cm
"Conte Africains de Combes"
Ensemble des vingt cahiers - 27 x 20 cm